Passez au contenu principal

Étude inédite sur les enlèvements d’enfants avec assassinat

Les résultats préliminaires sont dévoilés pour marquer les 30 ans de la participation canadienne à la Journée internationale des enfants disparus


Pour diffusion immédiate

Winnipeg (Manitoba) – À l'occasion des 30 ans de la participation canadienne à la Journée internationale des enfants disparus, le Centre canadien de protection de l'enfance (CCPE) marque cette journée importante en dévoilant les résultats préliminaires d'une nouvelle étude intitulée : Les enlèvements d'enfants avec assassinat : Une étude canadienne.

Au cours des dernières années, le CCPE a procédé à un examen minutieux de 147 cas d'enlèvement d'enfants (16 ans et moins) avec assassinat survenus entre 1970 et 2010. Cette étude vise à mieux comprendre les caractéristiques sociodémographiques des enfants victimes et à étudier les techniques et les antécédents des ravisseurs, dans le but de déterminer de nouvelles stratégies de prévention et d'intervention.

« Cette étude des cas d'enlèvement d'enfants avec avec assassinat au Canada et la première de cette ampleur au Canada, observe Lianna McDonald, directrice générale du Centre canadien de protection de l'enfance. Bien qu'il soit extrêmement rare qu'un enlèvement d'enfant soit suivi d'un assassinat, ces situations s'avèrent très bouleversantes pour les communautés et le grand public. Nous espérons que les drames dont il est question dans ce projet feront prendre conscience de la vulnérabilité intrinsèque des enfants et de la nécessité de faire plus d'efforts pour arrêter les criminels qui veulent exploiter cette vulnérabilité. »

Faits saillants de l'étude à ce jour :

Les victimes

  • 84 % des victimes étudiées sont de sexe féminin (130).
  • L'âge moyen des victimes est de 11,6 ans, et 43 % d'entre elles sont âgées de 14 à 16 ans

Les ravisseurs

  • 92 % des ravisseurs sont de sexe masculin.
  • 69 % sont âgés de moins de 30 ans.
  • 55 % détenaient un casier judiciaire.

Les circonstances

  • Il a été établi que l'enfant avait été enlevé pour des motifs sexuels dans 77 % des cas où le ravisseur a écopé d'une condamnation.
  • 41 % des enlèvements sont survenus en juin, en juillet ou en août.
  • 45 % sont survenus un vendredi ou un samedi.
  • Le temps écoulé entre l'enlèvement et l'assassinat de l'enfant a pu être établi pour 60 % des victimes incluses dans l'étude. Parmi ces victimes, 70 % ont été assassinées dans les trois heures suivant l'enlèvement.

Comment mieux protéger nos enfants :

  1. Agissez immédiatement si vus craignez la disparition de votre enfant Chaque minute compte en cas d'enlèvement d'enfant. Pendant que quelqu'un s'occupe d'appeler la police, mobilisez des gens pour ratisser le secteur où l'enfant a été vu pour la dernière fois.
  2. Surveillez bien vos enfants. Tenez compte de l'âge de vos enfants, de leur développement et des circonstances pour déterminer le niveau de surveillance qui s'impose. Si vos enfants sont grands, veillez à rester en contact régulier avec eux (p. ex. par texto).
  3. Apprenez à vos enfants des moyens de se protéger Le « principe du compagnon » est l'une des plus importantes stratégies de protection. À plusieurs, c'est plus prudent.

Vous pouvez participer à la mobilisation autour de la Journée internationale des enfants disparus sur Twitter, Facebook et Instagram en utilisant le mot-clic #EnfantsDisparus ainsi qu'en suivant et en partageant les publications du CCPE.

Toute personne possédant des informations à propos d’un enfant disparu est instamment priée de contacter EnfantsPortesDisparus.ca au 1 866 543-8477 (service 24 heures) ou d’appeler la police. Les informations peuvent également être transmises par Internet au www.enfantsportesdisparus.ca. Toute information peut être communiquée confidentiellement.

-30-

Le Centre canadien de protection de l'enfance : Le Centre canadien de protection de l'enfance est un organisme caritatif national voué à la sécurité personnelle et à la protection des enfants. Il a pour objectifs de réduire les abus pédosexuels et l'exploitation sexuelle des enfants, d'aider à retrouver les enfants disparus et de prévenir la violence faite aux enfants.

La Journée internationale des enfants disparus : Le 25 mai a été proclamé Journée des enfants disparus par le président américain Ronald Reagan en 1983, suite à la disparition d'Etan Patz (6 ans), à New York, le 25 mai 1979. Le solliciteur général Perrin Beatty proclama la participation du Canada à la Journée des enfants disparus en 1986. La Journée internationale des enfants disparus est désormais reconnue partout en Amérique du Nord et en Europe. Elle rappelle chaque année l'importance de mettre la protection des enfants au centre des préoccupations et de redoubler d'efforts pour restituer les enfants disparus à leur famille.

Soutenez nos efforts. Faites-nous un don.

Associez-vous à une grande cause. En tant qu’organisme de bienfaisance enregistré, nous faisons appel aux dons pour nous aider à offrir nos services et nos programmes à la population. Aidez-nous à aider les familles et à protéger les enfants.

Faire un don