Passez au contenu principal Passez au menu de la section

Ressources : Agir

Pourquoi les gens ne font rien?

Il y a plusieurs raison pourquoi des adultes responsables ne font rien lorsqu’un enfant pourrait être en danger ou lorsqu’ils observent quelque chose qui les met mal à l’aise :

  • Ils ferment les yeux ou minimisent la situation.
  • Ils rejettent la faute sur l’enfant.
  • Ils trouvent de bonnes raisons de penser qu’il s’agit d’un accident, d’un geste indélibéré, d’une erreur ou d’un malentendu.
  • Ils jugent que ça ne les regarde pas.
  • Ils ont peur des conséquences s’ils font un signalement.

Pourquoi faire un signalement?

Il est naturel de prendre ses distances vis-à-vis de quelque chose qui nous met mal à l’aise. Mais vous êtes en présence d’une situation où un enfant a besoin de votre protection. Sachez que :

  • Quand vous signalez un abus, vous n’avez pas à prouver que l’enfant a été victime d’abus. Fiez-vous à votre instinct et faites quelque chose.
  • Protéger les enfants, c’est l’affaire de tous. D’ailleurs, dans la plupart des provinces et des territoires, la loi vous OBLIGE à signaler.
  • Fiez-vous à votre instinct et n’attendez pas que quelqu’un d’autre agisse à votre place.

Signaler des comportements suspects

S’il est plus facile d’agir face à des actes sexuels évidents, les comportements suspects qui ne seraient pas considérés comme un abus doivent tout de même être signalés. Sachez que :

  • Si vous êtes témoin ou que vous avez vent d’un comportement suspect ou d’une situation inappropriée entre un adulte et votre enfant ou un autre enfant dans le cadre des activités d’un organisme (p. ex. école, garderie ou programme sportif), signalez vos inquiétudes à l’organisme. Le fait de porter un comportement suspect à l’attention de l’organisme devrait avoir pour effet de déclencher un examen de la situation dans le but de corriger l’éventuelle inconduite et d’y mettre fin.
  • Si vous êtes en contact avec l’enfant en-dehors des activités de l’organisme (p. ex. si vous connaissez les parents de l’enfant), vous devez tout de même signaler la chose à l’organisme et faire valoir vos préoccupations aux parents de l’enfant. Le fait de porter un comportement préoccupant à l’attention d’un parent pourrait lui permettre de demander des explications à l’organisme et d’en discuter avec son enfant s’il y a lieu.
  • Dans certaines situations, surtout si l’on ne donne pas suite à vos inquiétudes ou si vous apprenez d’autres informations, la chose à faire serait peut-être de prévenir les autorités compétentes (p. ex. la police ou la protection de l’enfance).

N.B. Mettre en cause un comportement suspect n’équivaut pas à faire des allégations d’abus pédosexuels.

Vous avez toujours des questions sur les suites à donner à un comportement suspect? Contactez notre Division de la sécurité des enfants et de la défense des familles (DSEDF).

Signaler un abus pédosexuel

Toute personne qui apprend qu’un enfant est peut-être ou a été victime d’abus est légalement et moralement tenue d’agir. Cette obligation découle des lois sur la protection de l’enfance en vigueur dans chaque province ou territoire. Certaines personnes peuvent également être tenues de signaler par leur employeur ou leur code de déontologie.

L’obligation de signaler signifie que toute personne au courant qu’un enfant se fait abuser ou risque de se faire abuser doit le signaler à quelqu’un :

  • Si les informations se rapportent à une situation potentielle d’abus d’un enfant par l’un de ses parents ou tuteurs, il faut les communiquer à la protection de l’enfance ou à la police.
  • Si les informations se rapportent à une situation potentielle d’abus d’un enfant par une autre personne, il faut les communiquer à un parent ou tuteur de l’enfant, et peut-être aussi à la protection de l’enfance ou à la police si l’on sait que le parent ou tuteur n’a rien fait ou ne compte rien faire pour protéger l’enfant.

Lorsqu’on apprend qu’un enfant a déjà subi des abus pédosexuels, il faut le signaler même si les abus ont cessé, car l’abuseur est peut-être encore en contact avec des enfants auxquels il pourrait s’en prendre.

Sextorsion, autoexploitation juvénile et autres situations problématiques

Le CCPE offre des ressources aux familles pour les aider à gérer des situations impliquant des préados et des ados :

Soutenez nos efforts. Faites-nous un don.

Associez-vous à une grande cause. En tant qu’organisme de bienfaisance enregistré, nous faisons appel aux dons pour nous aider à offrir nos services et nos programmes à la population. Aidez-nous à aider les familles et à protéger les enfants.

Faire un don